Accessoweb, Blog Web 2.0, Actualite Web 2.0


Edito: la guerre des montres n'aura pas lieu

le Samedi 14 Septembre 2013


En choisissant de dévoiler la semaine dernière la Galaxy Gear, une montre intelligente, Samsung s'attendait à prendre de court Apple et sa iWatch, déclenchant ainsi les hostilités dans le domaine de l'horlogerie connectée. Mais avec une autonomie aussi limitée (un jour), une interface utilisateur aussi poussive, d'après les dires des premiers testeurs, et un prix aussi élevé (299$), l'échec de la Galaxy Gear est quasiment assuré. La guerre des montres aura-t-elle donc lieu? Pas si sûr. Accessoweb vous propose un retour sur la genèse de ce form factor et évoque les "ingrédients" nécessaires à son succès.


Les montres high-tech: un enjeu majeur pour les fabricants d'électronique

Edito: la guerre des montres n'aura pas lieu
La montre connectée est, à n'en pas douter, la prochaine (r)évolution de l'électronique grand public. D'aucuns pensent même que les ventes de la seule montre d'Apple pourraient atteindre les 6 milliards de dollars par an.

Ce chiffre est énorme quand on le compare au chiffre d'affaire de l'horlogerie traditionnelle: 60 milliards de dollars. Alors, trop optimistes les analystes? Peut-être, mais il est sûr que l'horlogerie classique a du souci à se faire.

L'arrivée de grands noms comme Apple, Microsoft et Google dans l'horlogerie pourrait être au monde des montres, ce que les fabriquants de smartphones ont été au monde des appareils photos compacts: des fléaux ou comme diraient les Anglo-Saxons des Juggernauts. L'industrie du luxe, seule, serait épargnée.


Les super-montres issues de la pop culture, des modèles à suivre?

Edito: la guerre des montres n'aura pas lieu
Nous le savons tous, les films d'anticipation ou encore les Comics donnent des pistes sur les tendances technologiques à venir. Peut-on nier que le communicator de Star Trek a influencé et le design et les fonctionnalités de nos téléphones dans les années 90-00? que Siri n'a pas été inspiré par HAL ou que la Natural User Interface (NUI) vue dans Minority Report n'a pas influencé Kinect de Microsoft?

La montre high-tech qui a le plus durablement marqué les esprits et les médias est celle de Dick Tracy (policier, héros d'un comic américain des années 30). En 1946, Dick Tracy utilisait la radio sur sa montre, en 1964, il y regardait la TV... Voilà les fantasmes d'après-guerre: pouvoir utiliser ce qui représentait le must des gadgets de l'époque (radio et TV) dans un format portatif. 


D'autres montres, comme celle de James Bond ou celle de Penny dans l'Inspecteur Gadget, sont allées plus loin encore, proposant par exemple la vidéo-conférence sans fil.
Avant même la commercialisation des premières montres intelligentes dans les années 2010, l'idée que nous nous faisions d'elles était donc plus ou moins établie.

Dans l'esprit de la plupart d'entre nous, la montre intelligente est un mélange de deux montres dans le format classique de la montre poignet:
  • une montre communiquante permettant d'échanger avec le monde
  • une montre connectée qui permet d'accéder à des flux d'informations et de notifications

Microsoft SPOT: de la montre traditionnelle à une montre de flux de données

Edito: la guerre des montres n'aura pas lieu
Avec le lancement de SPOT en 2004, Microsoft fait figure d'avant-garde de cette industrie. SPOT était une technologie d'envoi d'informations par ondes FM (via le réseau MSN direct). Elle fût utilisée notamment sur trois modèles de montres et sur différents appareils électroniques.

Microsoft s'était associé à trois marques: Fossil, Suunto et Tissot pour démocratiser ce format. Mais cela n'a pas suffit: les montres ont cessé d'être commercialisées en 2008 et les services de radio-transmission ont vu fin le 31 décembre 2011.

Dotée d'un écran monochrome 90×126, la Tissot Hight T, pour ne prendre qu'elle, n'était pas à proprement parler intelligente, elle permettait d'afficher des flux d'informations fournies par MSN Direct avec une interface tactile.

Pourvu qu'on se trouvait à proximité d'un émetteur, météo, cours de la bourse et autres articles étaient à portée de poignet, mais dès que l'on se trouvait en zone blanche, la montre redevenait simple montre. 

L'idée était là, mais Microsoft et ses partenaires n'ont pas cherché à faire évoluer le concept, trop dépendant de la réception FM locale. Si l'on ajoute à ce facteur l'autonomie ridicule (3-4jours) des montres SPOT par rapport à une montre quartz et un prix trop élevé on comprend mieux l'échec du concept.

Sony Ericsson MBW100, la montre compagnon du téléphone

Edito: la guerre des montres n'aura pas lieu
Quand Sony Ericsson s'est associé en 2006 à Fossil pour fabriquer une montre, les deux entreprises ont opté pour utiliser ce format comme un second écran du téléphone via une connectivité bluetooth.

La MBW100 pouvait ainsi montrer sur un minuscule bandeau OLED les appels entrant sans avoir à sortir l'appareil de sa poche. Elle permettait également de contrôler le lecteur musical walkman de votre téléphone.

Des grands constructeurs d'électronique, Sony Ericsson est celui qui a ancré l'idée qu'une montre connectée devait être une extension du téléphone et non un objet indépendant, comme l'était la SPOT de Microsoft.

Sony Ericsson a continué de croire au concept et l'a même amélioré au fil des générations (MBW150, MBW200, LiveView) en s'émancipant au passage de son partenariat avec Fossil. 

Sony, une fois la part d'Ericsson rachetée, a poursuivi dans cette voie en lançant l'an passé la première génération de Smartwatch, puis cet été la deuxième génération (dont vous pouvez voir l'illustration en haut de l'article).

La montre communicante: une impasse?

Edito: la guerre des montres n'aura pas lieu
La troisième étape* de ce retour en arrière dans la génèse de montres intelligentes, nous ramène en 2009, lorsque LG a présenté au MWC la Watch Phone GD910.

La Watch Phone est la première montre à avoir eu une connectivité 3G. En plus des capacités de téléphonie, ce jouet pouvait également passer des appels visio, grâce à l'ajout d'une caméra au dessus de l'écran.

La commande des différentes actions s'opérait via une dalle capacitive de 1.43 pouce (vous pouvez en voir la démonstration dans cet article d'Eric Dupin sur presse-citron). 

Force est de constater que cette montre-téléphone a été un échec, puisque LG n'a pas osé réitérer l'expérience. Quelle en est la cause: problème d'autonomie? d'opérabilité? ou de faible maturité de la technologie à l'époque de la sortie?

C'est probablement le mélange de toutes ces raisons qui n'ont pas fait accrocher le grand public. Sans oublier que passer un coup de fil via cette montre sans kit oreillette devait vous faire passer aux yeux de tous pour un zinzin fini.


Un constructeur peut-il couper l'herbe sous le pied d'Apple et si oui, comment?

Edito: la guerre des montres n'aura pas lieu
Telle est la question qui se pose aujourd'hui. Depuis la sortie de l'iPhone en 2007, sortie qui a modifié à jamais le paysage de l'éléctronique portable, les rumeurs sur le lancement d'une montre par Apple et les concepts les plus fous (cf. ci-contre) n'ont cessé de circuler.

Selon Bloomberg, environ 100 employés de l'entreprise californienne travailleraient à plein-temps sur ce projet qui pourrait voir le jour l'an prochain.
 
Afin de ne pas jouer l'éternel second (comme cela a été le cas avec ses smartphones et ses tablettes) Samsung a pris le taureau par les cornes en annonçant la Galaxy Gear à l'IFA 2013.


Mais les montres de Sony et de Samsung dévoilées cet été seront-elles à même de concurrencer celle d'Apple? Ou le tueur d'iWatch viendra-t-il d'ailleurs?

Nb: la suite de l'article page 2


Notez



Dans la même rubrique
< >

Dimanche 20 Décembre 2015 - 09:12 Orange et sa boite à capturer les émotions de Noël


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter









Les derniers articles



Rechercher







Créer une application mobile
Créer un site internet




Les autres sites du groupe : News-Mobiles, webOSfrance, En 1 image et AutoDay