Accessoweb, Blog Web 2.0, Actualite Web 2.0


World War Web : Anonymous & Co vs. Cop & Majors

le Dimanche 22 Janvier 2012



World War Web : Anonymous & Co vs. Cop & Majors
Jeudi 19 Janvier 2012 - Washington // Les agents du bureau fédéral d'investigation (F.B.I) américain diffusent conjointement avec leur ministère de la justice un communiqué de presse. Ils déclarent à l'interieur, l'arrestation de sept personnes et la mise en accusation des sociétés Megaupload Limited et Vestor Limited par la cour de Virginie. Conspiration, racket, infraction au droit d'auteur, blanchiment d'argent portent la peine maximale à vingt années de prison. L'acte d'accusation vise Kim Dotcom (alias Kim schmitz ou Kim tim Jim Vestor), à la tête du réseau "Mega" ainsi que Finn Batato, Julius Bencko, Sven Echternach, Mathias Ortmann, Andrus Nomm et Bram van der Kolk. Ce que retient le grand public c'est la cessation d'activité du très célèbre Megaupload.com via la saisie de serveurs à Ashbun, Washington ainsi qu'aux Pays-Bas et au Canada. En sus la saisie de 18 noms de domaines.

Or, chaque jour ont lieu des arrestations, des saisies de serveur web avec dernièrement de plus en plus de saisie de nom de domaine notamment en .com Mais ici le sujet est public, aux yeux de certains les complices sont également les utilisateurs. En somme, vous et moi. Un jour avant nous avions vu la mobilisation de grandes entités du web (Google, Facebook, Mozilla Fondation, etc... ) face aux lois SOPA et PIPA, alertant ce même grand public. Le lendemain, comme une réponse, on vient couper la tête de Megaupload. Ce n'est que la tête d'une hydre, sept autres apparaissent. Pourtant, cette annonce laisse un goût amer à l'ensemble des utilisateurs qui se réveillent au petit matin et découvrent la nouvelle.

World War Web : Anonymous & Co vs. Cop & Majors
Les réactions sont nombreuses. Sur Facebook, Twitter et dans les conversations de tous les jours. C'est ici un premier fait marquant, le grand public est pour une fois touché par cette acte numérique. Megaupload, le navire amiral du groupe Mega, était utilisé par tout le monde. Indépendamment de sa classe sociale, de son niveau en informatique. Aors que quelques heures avant les yeux portaient sur les projets liberticides américains certains prennent conscience qu'il pourrait déjà être trop tard. Pourquoi demander de nouvelles lois alors que les actuelles sont déjà fortes ? Cette fameuse liberté sur internet, la liberté sur le réseau, serait elle déjà en train de disparaître ?

En juin 2010  débutaient l'opération “In our sites” avec ces premières saisies de nom de domaine aux Etats-Unis. Comme toujours la loi avait été voté en mettant en avant la protection face aux pédophiles, aux terroristes, ou tout ce qui est utile pour faire passer une loi qui vise à couper une liberté. Comme toujours, cette loi est détournée de son usage, "on vous avait prévenu" pourrait-on dire. Aujourd'hui de nouvelles lois continuent à apparaître au crépuscule. Quelques hommes suffisent à les voter alors que leur centuple est contre. Je pèse mes mots en disant que nous sommes coupable. Coupable de fermer les yeux, un syndrome Kitty Genovese à l'échelle d'une planète. Je ne saurai trop vous conseiller la lecture régulière de webzine comme Owni.fr  ou Reflets.info. Médias de qualité avec des équipes éditoriales qui méritent d'avantage d'avoir une carte de presse que de nombreux gratte papier à l'affût de la dernière dépêche AFP ou Reuters.

World War Web : Anonymous & Co vs. Cop & Majors
Aujourd'hui les médias mettent en avant les "Anonymous". Premièrement, je souhaite donner mon avis derrière ces lettres. Les anonymous en tant que tel n'existent pas, je parlerai d'avantage d'un état d'esprit plus que de personnes. C'est un véritable réseau qui, à mes yeux, n'a pas une tête pensante. C'est autant une force qu'une faiblesse. Cela signifie que vous, lecteur, pourriez être un internaute anonyme hier, un anonymous aujourd'hui, de nouveau une adresse ip comme les autres demain. Cela signifie aussi que quiconque veux rejoindre ce mouvement le peu. Il n'a pas besoin de se référer à quelqu'un, l'état d'esprit est le plus important. (je précise ici que c'est un avis très personnel).

Depuis cette annonce les attaques de type DDOS (surcharger un serveur web par une très forte activité émulant des connexions par milliers, dizaines de milliers et au delà) se font légion. Le ministère de la justice américain, la Maison Blanche, Sony, Universal, Hadopi & Pur, encore ce soir. Également des attaques plus fortes comme c'est actuellement le cas pour Vivendi.com officiellement en maintenance. Une manière humble de dire "nous nous sommes fait pirater, on répare". Pour moi ces attaques vont s'amplifier, nous allons vers un véritable affrontement mondial entre ceux qui soutiennent la liberté sur internet sans astreinte et des gouvernements. Le débat divise ainsi les parties. D'un côté nous avons ceux qui acceptent l'intervention américaine et la mise hors service du site internet. De l'autre, ceux qui sont contre cet acte marquant l'hégémonie des pouvoirs du gouvernement d'outre Atlantique. Je ne suis ni pour les premiers, ni pour les seconds. En toute objectivité, Megaupload n'était pas l'exemple de la belle activité licite prônant le partage de contenu en toute légalité. Oui, ce site était une ressource à contenu violant les droits d'auteurs. Oui, nous, utilisateurs, l'acceptions à chaque fois que nous téléchargions un fichier. Mais non, en aucun cas, les méthodes employés ici sont acceptables. C'est là le fondement de cet affrontement. Obliger Megaupload à se convertir à des activités licites aurait été bien mieux accepté.

Vous êtes en droit de vous demander où je souhaite en venir avec mon titre :
« World War Web : Anonymous & Co vs. Cop & Majors »

Je pense que débute ici un soulèvement d'une partie des internautes. Ceux qui connaissent les systèmes avec la capacité de faire tomber un site internet et pourquoi pas un système SCADA. Pour moi, nous devons tous en prendre conscience. Jusqu'à maintenant les gouvernements occidentaux avaient oubliés que leurs membres pouvaient se révolter. Malgré l'actualité, ils peinent à prendre conscience que la maîtrise de l'arme numérique peut les faire vaciller et toucher autre chose que la simple activité commerciale d'un site internet. Stuxnet  a montré qu'il est possible de s'infiltrer jusqu'au coeur d'une centrale nucléaire, mais les têtes des États et le grand public n'a pas cette visibilité sur le monde numérique. C'est donc ici que je veux en arriver. Il est pour moi nécessaire que tous le monde prenne part à ce débat. Il n'est pas suffisant de dire "je suis contre la fermeture de megaupload" sans avancer d'arguments solides. Il n'est plus suffisant de faire tomber un site internet en le surchargeant de visite. Il faut agir, apporter sa voix sur la place publique, avant que cette guerre numérique vienne éclater sur la planète et franchir la barrière digitale en atteignant ce que nous avons de plus précieux : la vie humaine.


Notez



Dans la même rubrique
< >

Dimanche 20 Décembre 2015 - 09:12 Orange et sa boite à capturer les émotions de Noël


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter









Les derniers articles



Rechercher







Créer une application mobile
Créer un site internet




Les autres sites du groupe : News-Mobiles, webOSfrance, En 1 image et AutoDay